AccueilContactAlbumsCantineCalendrierDroits et démarchesCompte-rendu de conseilMétéo

Chambretaud et la Seconde Guerre Mondiale

Les troupes allemandes firent leur entrée en Vendée le 21 juin 1940. Elles occupèrent Challans et La Roche le 22, Les Sables et Fontenay-le-Comte le 23. D’après ses états de service, la 27e D.I. a pris part à l’invasion de la France en juin (elle est alors localisée dans la région de la Somme) et en juillet 1940. C’est précisément au cours de ce mois de juillet que l’on doit situer les photos prises à la gare de Chambretaud.
Une enquête auprès d’un des derniers témoins de cette époque n’a pas permis de préciser davantage la date, tout en réveillant cependant quelques souvenirs enfouis. Il en ressort que cette unité, restée sur place plusieurs semaines, s’est bien comportée à l’égard des habitants de Chambretaud. La plupart des soldats n’hésitaient pas à s’adresser aux paysans des environs pour acheter des oeufs ou d’autres denrées afin d’améliorer l’ordinaire. Ils fréquentaient également avec assiduité (nous étions en plein été) l’étang de la Gastière, comme on le voit sur plusieurs clichés.

EtangLes Allemands, comme les jeunes du pays, appréciaient l’étang de la Gastière par ces fortes chaleurs de l’été 1940. Ils y faisaient aussi leur lessive.

 

On distingue à l’arrière-plan sur cette photo le chemin de la Barboire (vers la droite) à la Gastière (vers la gauche).

La 27e D.I. devint le 1er novembre 1940 le 2e Panzer Pionier Bataillon (dans la 17e Panzer Division), qui fut envoyé sur le front russe. C’est là que Franz Obermeier trouva la mort, en octobre 1943. Le hasard a permis que ses papiers et photos restent dans sa famille, avant d’être dispersés chez un amateur de vieux papiers, puis de trouver un acquéreur à Chambretaud.
Derniers souvenirs, la gare de Chambretaud resta sous la surveillance de l’occupant durant toute la guerre pour assurer la défense des convois qui y transitaient ou qui y stationnaient. Des hommes du pays furent réquisitionnés pour garder les voies, avec pour seule arme un simple bâton. Mais après une rude journée de travail à la ferme, beaucoup de ces requis ne songeaient qu’à trouver un coin tranquille pour dormir. Qu’auraient-ils bien pu faire face aux bombardements alliés, comme celui qui atteignit non loin de là le viaduc de Barbin, et qui détruisit une des arches au soir du 22 juillet 1944? La ligne Cholet-Fontenay ainsi rompue, la gare de Chambretaud perdit son intérêt pour l’occupant autant que pour les alliés. Elle ne fut d’ailleurs jamais bombardée.   

 Nicolas DELAHAYE

Groupe devant gareindex
Photo de groupe devant la gare de Chambretaud.Les wagons-citernes d’essence de la SNCF.