AccueilContactAlbumsCantineCalendrierDroits et démarchesCompte-rendu de conseilMétéo

Chambretaud et les deux Grandes Guerres.

La Première Guerre mondiale.

 

         Le tocsin sonne ce 2 août 1914, alors que les batteries vont commencer.

C’est la joie d’aller au combat : on va pouvoir en découdre avec ces Boches qui nous ont pris l’Alsace et la Lorraine. De plus les soldats ont la certitude de revenir pour les vendanges. D’ailleurs, l’intendance militaire n’a prévu aucun vêtement d’hiver.

Les soldats gagnent la gare, ouverte seulement depuis 8 jours. Nous sommes le 27 juillet 1914.

A la retraite paroissiale, pour la fête de l’adoration, le 4 octobre 1914, il était noté : « la participation a été moins forte que celle des années précédentes par suite du départ de près de deux cents hommes à la guerre ».

Dans la tranchée

Dans la tranchée.

 

Louis Bouffandeau, soldat en 1916.

Louis Bouffandeau, soldat en 1916.

 

 Le 1er mort : Il s’agit de Jacques Godet le 18 août 1914.

Pour la seule commune de Chambretaud, il faut compter 60 morts, suite aux combats ou suite aux blessures, dont les 3 frères DUBIN en 1918.

La Commune de Chambretaud est très touchée, comme toutes les communes à dominante agricole : les paysans, résistants et très volontaires, étaient souvent réquisitionnés pour monter au front. En France : 1,5 million de morts, dont 1 million de paysans.

Deux recensements marquants :         1911 : 1166

                                                                           1921 : 971.  

 

La Seconde Guerre mondiale.

 

Dès le 18 mai 1940, arrivent les premiers réfugiés d’Aubrives, petite commune des Ardennes. L’école est transférée à l’étage de la mairie. Les réfugiés couchent dans la salle paroissiale à même le sol.
La JAC et le théâtre envoient des colis aux prisonniers.

Fuite de réfugiés devant l'armée allemande.

Fuite de réfugiés devant l’armée allemande.

Des personnes sont réquisitionnées pour surveiller la gare, où passent des convois allemands.

Le 24 août 1944 a lieu le bombardement du viaduc de Coutigny. C’était jour de battage au village de la Grange, près du Puy du Fou. Ce fut un acte de vandalisme, plus qu’un acte militaire car Barbin était déjà coupé par les alliés depuis le 22 juillet 1944.

Le 24 août 1944: une arche du viaduc de Coutigny est détruite.

Le 24 août 1944: une arche du viaduc de Coutigny est détruite.

 

                                                                                                                                                                                             A. Révéiller